lundi 30 décembre 2013

Que manger après le sport ?

  Manger après le sport est important pour compenser tout ce qui a été éliminé durant l'exercice physique. Il faut avant tout chercher à bien manger dans le but d'éviter les carences, les coups de fatigues, et dans la perspective d'améliorer ses performances, mais surtout, bien manger après le sport limitera le risque de reprendre tous les kilos difficilement éliminés.




Quoi manger juste après une séance de sport ?




En premier lieu, juste après le sport on pense à se réhydrater, et en quantité ! En effet, on perd beaucoup d'eau par le biais de la transpiration. Par exemple, saviez-vous qu'un triathlète peut perdre jusqu'à 10 litres d'eau en une séance ?

C'est pourquoi il faut boire 2 à 3 grands verres d'eau juste après le sport, puis encore 1 à 2 verres toutes les heures pendant les 3 à 4 heures suivant votre séance. L'idéal étant de privilégier les eaux minérales pour leur richesse en sels minéraux (sodium, potassium, etc...).


Après un exercice physique, il faut également penser à reconstituer ses réserves de sucres afin de pas être sujet à des coups de fatigue dans la journée. Il faut donc manger des aliments riches en glucides. Les plus sains et les moins caloriques étant les fruits. Éviter en revanche les jus de fruits industriels trop riches en sucres ajoutés !

Un bon compromis entre réhydratation et apport en sucres peut être les boissons énergétiques. Elles présentent l'avantage de pouvoir se glisser facilement dans un sac à main, et donc de s'emporter n'importe où !



   Manger après le sport pour faire le plein d'énergie



Après une séance de sport, il ne faut pas oublier de faire le plein d'énergie sous peine de s'exposer aux coups de fatigue, ou pire, aux fringales pendant la journée.


Si vous faites du sport à jeun de bon matin, alors c'est l'occasion ou jamais de vous faire plaisir sans remords. N'hésitez pas à vous préparer un petit-déjeuner riche et énergétique : Pain, beurre, confiture, fruits, laitages, oléagineux, etc...




Si vous faites du sport au cours de la journée, préférez une collation légère mais énergétique. Un ou deux fruits, en plus d'un laitage vous permettront un bon apport de sucres rapides et de protéines. La taille de la collation peut varier en fonction du temps qui vous sépare de votre prochain repas.


Attention , n'excluez pas les lipides de vos collations post-sport sous prétexte que vous faites la chasse aux matières grasses. Les bons lipides sont nécessaires au corps, et ils le sont encore davantage pour un sportif qui veut s'assurer d'une bonne récupération physique après l'effort.
Vous pouvez trouver ces bons lipides dans : les oléagineux (amandes, noix, noisettes, etc...), le beurre, le beurre de cacahuètes, l'huile de bonne qualité (pas plus d'une cuillère à soupe par repas), etc...




Manger après le sport, et surtout, bien manger, est une donnée trop souvent oubliée de ceux et celles qui veulent perdre du poids. Maintenant, vous savez comment composer votre collation post-sport qui vous sera d'une grande aide pour optimiser au mieux votre perte de poids !

vendredi 27 décembre 2013

Comment arrêter de fumer sans grossir ?

  La principale conséquence de l'arrêt du tabac est la prise de poids. Elle est causée par le sevrage en nicotine qui agissait auparavant comme un coupe faim et permettait au fumeur d'avoir moins d’appétit.
De plus, il a été démontré que la nicotine avait la faculté d'accélérer le métabolisme de base du fumeur, lui permettant ainsi de brûler 10 à 15% de calories supplémentaires qu'un non fumeur.

Du coup, arrêter de fumer sans grossir devient une préoccupation majeure. Heureusement, cet objectif est facilement atteignable pour peu qu'on accepte de se fixer certaines règles et de prendre quelques bonnes habitudes alimentaires qui éviteront de manger plus que nécessaire.



Comment arrêter de fumer sans grossir ?





   Apprendre à lutter contre les fringales


La première des priorités pour ne pas prendre de poids après avoir arrêté de fumer est de lutter contre les fringales qui vous pousseront à grignoter tout au long de la journée pour compenser le manque de la cigarette.

Pour éviter les fringales en cours de journée, faites des repas riches. Vous devez manger une belle portion de féculents (pâtes, riz, pain, lentilles, petits pois, etc...), une portion de légumes (haricots, carottes, brocolis, chou fleur...), et un aliment riche en protéines (viande, poisson, ou œuf).

Il est important de faire des repas complets pour éviter les carences qui ne feraient qu'accentuer la faim. Vous devez manger principalement des aliments sains, en évitant les sucreries et les aliments trop gras (fromage, charcuterie...). En contrepartie de ces efforts vous aurez le droit de manger de belles portions pour être sûr de ne pas avoir faim en plein milieu de la journée.



   Boire beaucoup de liquide


Il est souvent conseillé de boire beaucoup de liquide quand une envie de fumer apparaît. C'est plus ou moins efficace selon les personnes, mais ça ne peut pas faire de mal si on veut arrêter de fumer sans grossir ! Vous pouvez boire de l'eau (plate ou gazeuse), mais aussi vous préparez des tisanes.
Par contre, il est vivement conseillé d'éviter le café dans les premiers temps car il est trop associé à la cigarette.



   Manger des fruits et légumes


En stoppant la cigarette, vous allez redécouvrir des saveurs qui s'étaient estompées avec le tabac. N'hésitez pas à manger des fruits et des légumes variés, ça ne peut que faire du bien !



   Faire un bon petit-déjeuner pour bien commencer la journée


C'est pendant la journée que le corps a besoin de calories pour être performant, pas durant la nuit où il se repose. Le bon sens veut donc qu'il soit préférable de prendre un bon petit-déjeuner dès le matin pour ne pas avoir faim, et ainsi être moins sujet aux fringales dans la journée.
Prendre un petit-déjeuner complet constitué de céréales, d'un laitage, d'un fruit, et d'un peu de matières grasses vous aidera à arrêter de fumer sans grossir !


   Redécouvrir l'activité physique


N'hésitez pas à faire un peu d'exercice physique, quitte à commencer en douceur, l'idéal serait de faire 3 à 4 séances de sport par semaine.
Cela vous permettra de retrouver une bonne forme physique, et c'est bon pour le moral et donc aussi pour la motivation pour ne pas succomber à l'envie de fumer.




Note :

Vouloir arrêter de fumer sans grossir est un objectif tout à fait honorable. Cependant, pensez à établir des priorités. Il ne faudrait pas se remettre à fumer parce qu'on s'est aperçu qu'on pesait 2 kg de plus que le mois précédent.
Il ne faut pas être trop exigent avec soi-même. L'important dans l'immédiat, c'est de réussir à se passer de la cigarette.
Sachez également qu'il n'est pas anormal pour un ex-fumeur de prendre 2 à 4 kg dans les semaines qui suivent l'arrêt du tabac. Le tout étant de surveiller son alimentation pour ne pas prendre deux, ou trois fois plus de poids.

mercredi 25 décembre 2013

Les bonnes astuces pour couper la faim en période de fêtes

  La période des fêtes rime généralement avec de copieux repas de famille, une grande consommation de chocolats et sucreries, et un relâchement vis-à-vis des bonnes résolutions alimentaires.
Le pire étant qu'on attrape très rapidement l'habitude de manger tout et n'importe quoi à toute heure du jour ou de la nuit.

Bref, pour tenter de limiter les écarts liés à cette période, il peut être utile de prendre connaissance de quelques astuces pour couper la faim.
En voici quelques unes qui pourraient bien vous épargner le gain de quelques kilos :



   Une pomme comme en-cas


La pomme est l'aliment grignotage incontournable en période de régime.
Ce fruit est peu calorique, riche en fibres solubles favorisant la sensation de satiété, et il en existe tellement de variétés qu'il y en aura forcément une qui vous plaira !
De plus, la pomme est un coupe-faim qui n'entraînera pas l'envie de grignoter des sucreries.



   Se brosser les dents après chaque repas


Même après un repas, on peut encore être tenté de grignoter des petites sucreries qui au bout du compte peuvent représenter des milliers de calories ! Se brosser les dents après un repas est une bonne astuce pour couper la faim.
En effet, le goût particulier du dentifrice aide à transmettre au cerveau le signal que le repas est terminé. Une bonne habitude à prendre pour éviter les écarts !



   Boire un grand verre de boisson gazeuse


Une ou deux heures après un repas, la sensation que l'estomac n'est plus rempli peut donner l'impression (fausse) d'avoir faim. Une bonne solution dans ces cas là consiste à boire un grand verre de boisson gazeuse (idéalement de l'eau pétillante, sinon du soda sans sucre). Les bulles remplissent l'estomac d'air, et la sensation de faim disparaît aussi tôt !
Il est également possible d'utiliser cette astuce 10 à 20 minutes avant de passer à table. C'est tout aussi efficace !


Fin des bonnes astuces pour couper la faim en période de fêtes !

lundi 23 décembre 2013

Comment gérer son addiction à la nourriture ? (PARTIE 2/2)

  L'addiction à la nourriture devient avérée à partir du moment où on ne mange plus pour combler sa faim, mais par pulsion, comme si on se sentait dépendant vis à vis de la nourriture.
D'ailleurs, chez certains cas extrêmes d'addiction à la nourriture, on a pu observer la perte de toute sensation de satiété au point que ces personnes n'étaient plus en mesure de dire quand elles avaient faim, ou quand elles n'avaient plus faim. Ce qui peut, évidemment, devenir très dangereux à court terme pour la santé.



  Gérer sa dépendance à la nourriture en luttant contre l'inactivité




Une des causes menant à l'addiction alimentaire peut être le manque d'activité, autrement dit, l'ennui. Dans ce cas, la nourriture se transforme en un refuge pour palier à un manque.

Le schéma est simple, le manque d'occupation mène à l'ennui, qui mène à l'idée de manger. Et toutes les personnes qui ont déjà fait un régime le confirmeront, il n'y a rien de pire que de penser à de la nourriture quand on est inactif. C'est le meilleur moyen de succomber au grignotage.


En plus, on ne peut pas dire que notre environnement nous soit d'un grand secours. Que ce soit en lisant un magazine, en regardant la télé, ou en surfant sur internet, nous sommes submergés de publicités pour des produits alimentaires. Tous ces signaux extérieurs titillent en permanence notre cerveau au sujet de la nourriture. De quoi perdre tous ses repères !




Si vous souffrez d'addiction à la nourriture, ou que vous sentez que vous êtes sur le point de basculer, et que l'ennui est une des principales causes, il faut essayer de lutter contre l'inactivité, quitte à se surbooker exagérément dans un premier temps dans le but de perdre cette habitude de trouver refuge dans la nourriture.

Peu importe les raisons qui font que vous êtes inactifs, il y a toujours un moyen de s'occuper pour combattre l'ennui. Voici quelques idées :

 - Préparer un emploi du temps pour chaque jour, histoire d'éviter les longues heures d'inactivité.

 - En profiter pour faire les tâches ménagères qui sont toujours remises à plus tard.

 - Faire du sport régulièrement (Permet d'engendrer une fatigue saine, qui aide à mieux dormir la nuit. Idéal si vous souffrez d'insomnie.)

 - Faire du bénévolat dans une association.

 - Jardiner.

- Etc...



Rappelons également que la meilleure façon de ne pas succomber, c'est de ne pas pouvoir être tenté en évitant de conserver chez soi tous les aliments habituels qui nous poussent à grignoter.


CONCLUSION :

Le sujet aurait pu paraître léger, et pourtant, l'inactivité que vivent des milliers d'individus pour des raisons diverses est un chemin menant potentiellement tout droit à des addictions alimentaires. Dans ce cas, apprendre à gérer son addiction à la nourriture, c'est donc essentiellement apprendre à lutter contre l'ennui.

vendredi 20 décembre 2013

Comment gérer son addiction à la nourriture ? (PARTIE 1/2)

  Manger est un besoin primaire. C'est notre mécanique interne, dans le but d'assurer sa survie, qui nous pousse à nous nourrir. Mais, comme nous sommes des êtres humains avec une conscience de nous-même particulièrement développée, manger est aussi un plaisir. Il n'y a pas de honte à aimer manger. Cependant, il existe un palier qu'il vaut mieux éviter de franchir, c'est celui de l'addiction à la nourriture.
Cette pathologie peut toucher n'importe qui. Et, même si on en entend moins parler que celle au tabac ou à l'alcool, la dépendance à la nourriture est un phénomène à prendre extrêmement au sérieux et qu'il faut apprendre à combattre.



   Comment gérer son addiction à la nourriture ?




Il faut savoir qu'une addiction à la nourriture n'est pas toujours facile à identifier. On peut très bien vivre avec une addiction sans en être conscient.
Prenons par exemple le cas d'une personne qui a prit l'habitude depuis des années de boire un café après son déjeuner. Cette personne pourrait très bien vivre des années durant sans se rendre compte qu'elle a développé une addiction à ce produit.
Ce sera seulement le jour où elle ne prendra pas de café après son déjeuner qu'elle réalisera peut être qu'il lui manque quelque chose pour se sentir bien.

Une telle addiction n'a rien de véritablement problématique. L'addiction alimentaire devient nuisible quand le café se transforme, par exemple, en une barre chocolatée dont on ne peut plus se passer.

D'autres personnes peuvent se réveiller en pleine nuit et être sujettes à des crises de boulimies. Pour d'autres encore, ça peut être le fait de ne plus être capable de s'arrêter de manger une fois à table, ou de se ruer compulsivement sur la nourriture à cause du stress...
Bref, vous l'aurez compris, l'addiction à la nourriture peut parfois s'avérer difficile à diagnostiquer, mais on s'accorde à dire qu'il y a une addiction alimentaire à partir du moment où on ne mange plus par faim, mais par habitude. Dans ce cas, on parle souvent de "faim émotionnelle".




Il est possible que vous souffriez d'addiction à la nourriture si :


 - Vous pensez à la nourriture à toutes les heures du jour ou de la nuit.

 - Vous avez tendance à manger par pulsion.

 - À peine votre repas terminé, vous pensez déjà au suivant.

 - Vous avez pris l'habitude de manger un aliment à un moment précis dans votre journée, et ne pas pouvoir le manger un jour vous fait ressentir de la frustration.

 - À table, vous êtes incapable de vous rendre compte que vous n'avez plus faim.

 - Vous grignotez continuellement sans avoir faim.

 - Vous vous cachez pour manger.



Tous les cas d'addiction à la nourriture ne sont pas néfastes pour la santé. Cependant, les cas les plus extrêmes peuvent vivre sous une véritable emprise psychologique de la nourriture pouvant, à terme, mener à l'obésité, à souffrir du diabète, à des carences alimentaires, à des troubles du comportement, à des crises de boulimie, etc...



La première étape à franchir pour mieux gérer son addiction à la nourriture est de prendre conscience de la situation dans laquelle on se trouve.

Ensuite, il faut ré-apprendre à manger en adoptant une alimentation plus saine, en ne mangeant plus que pendant les heures de repas, et surtout, en faisant tout pour se sortir de la tête toutes les pensées liées à la nourriture.

C'est un travail qui est loin d'être facile, et ça ne se fera pas en un jour. Mais en étant patient, et en progressant étape par étape, vous réussirez à vous débarrasser de votre addiction à la nourriture.

mercredi 18 décembre 2013

Les astuces pour éviter la fringale de 11 heures

  En France, le petit-déjeuner traditionnel est plutôt sucré, il est fait de céréales et lait, de pain et de confiture, de gâteaux, ou de viennoiseries de toutes sortes. Le problème, c'est que ce type de petit-déjeuner s'avère principalement constitué de sucres rapides qui sont très rapidement assimilés par l'organisme. D'où l'apparition de la fringale en milieu de matinée.


Pour éviter de se retrouver en hypoglycémie, et ainsi éviter la fringale de fin de matinée, il faut prendre de nouvelles habitudes au petit-déjeuner. Voici quelques astuces qui peuvent aider à éviter les fringales :




   Passer au petit déjeuner anglo saxon


Le petit-déjeuner anglo saxon traditionnel prend la forme d'un véritable repas, il est plutôt salé, riche en protéines et en matières grasses. Bref, c'est un repas richement calorique fait de nourriture qui tient bien au corps.
Il peut être constitué de : toast, beurre, œufs au plat ou à la coque, bacon frit, baked beans, charcuterie en tous genres, etc...

Passer au petit déjeuner anglo saxon peut s'avérer une bonne méthode pour éviter la fringale de 11h. Ne vous inquiétez pas du total calorique d'un tel petit-déjeuner, le fait de manger autant le matin fera automatiquement diminuer les portions des repas suivants.



   Prendre son petit-déjeuner en deux fois


Prendre son petit-déjeuner au réveil est plutôt une bonne habitude alimentaires, mais dans la pratique, tout le monde n'a pas forcément faim en sortant du lit.

Dans ce cas, pourquoi ne pas prendre son petit-déjeuner en deux fois ? Au réveil, on pourrait se contenter d'un café accompagné d'une tartine beurrée. Puis emporter avec soi un fruit et un laitage, pour ne les manger qu'en milieu de matinée.
De cette façon on respecte son appétit tout en évitant la fringale de 11h !



   Opter pour un petit déjeuner protéiné


Les protéines sont les nutriments les plus performants pour caler l'appétit durablement. Plutôt que de prendre un petit-déjeuner composé de sucres rapides qui seront digérés en quelques heures, pourquoi ne pas opter pour un petit-déjeuner riche en protéines ?
On peut manger des œufs, du jambon blanc, du fromage blanc 0%, du gâteau au fromage blanc, etc... De quoi constituer un petit-déjeuner faiblement calorique mais très rassasiant. Parfait pour éviter les fringales de fin de matinée !



CONCLUSION :

Pour éviter la fringale de 11h, il faut prendre un petit-déjeuner plus riche en protéines, constitué d'aliments qui tiennent bien au corps, et pourquoi pas, en choisissant de prendre son repas en deux fois : une moitié au réveil, et l'autre en cours de matinée.

Il ne faut pas hésiter à prendre un petit-déjeuner riche. Après tout, c'est le repas où on peut se permettre le plus de folies, le corps étant affamé après une dizaine d'heures de jeûne, toutes les calories assimilées seront éliminées au cours de la journée.

lundi 16 décembre 2013

Rattraper un écart alimentaire par l'exercice physique : Explications

  Les périodes de relâchement où on multiplie les excès, on est tous passé par là un jour ou l'autre.
Du coup, pour limiter les conséquences de ces périodes de moins bien, il devient intéressant de savoir comment rattraper un écart alimentaire. Et pour que cela soit plus parlant, nous allons, pour chaque exemple, associer un aliment qui pourrait être un de ces écarts, avec la durée d'exercice qu'il faudrait faire pour éliminer cet excès.


Rattraper un écart alimentaire par l"exercice physique :



Une part de gâteau au chocolat : Éliminer les calories d'une part de gâteau au chocolat correspond à la pratique d'1h d'aquagym.

Un croissant (55 g) : Pour dépenser le surplus calorique d'un croissant, cela nécessite de faire 1h de danse.

Un pain au chocolat (65 g) : Les calories d'un pain au chocolat s'éliminent en faisant environ 30 minutes de vélo à allure modérée.

Une part de flan pâtissier : Pour éliminer un flan pâtissier, il faut pratiquer de la corde à sauter pendant environ 30 minutes.

Une cuillère à café de nutella : Annuler le surplus calorique de cet écart alimentaire est équivalent à promener son chien pendant une vingtaine de minutes.

4 carrés de chocolat (20 g) : Pour dépenser les calories de 4 carrés de chocolat, on peut cuisiner pendant environ 45 minutes.

Une barre chocolatée : Rattraper cet écart alimentaire correspond à aller faire les courses ou du shopping pendant 1h.

Un verre de vin : Pour dépenser l’excès calorique d'un verre de vin, il faut faire environ 1h de yoga.

Une bière : On peut rattraper l'excès calorique d'une bière en choisissant de tondre la pelouse pendant environ 30 minutes.

Une canette de soda : Les calories d'une canette de soda s'éliminent en passant 1h en jouant au bowling.

Une poignée de cacahuètes : Éliminer le surplus calorique d'une poignée de cacahuètes est possible en choisissant de balayer pendant environ 1h.

Une portion de chips (45 g) : Les calories d'une portion de chips peuvent s'éliminer en jouant 1h au billard.

Un milk-shake dans un fast-food : Éliminer cet écart alimentaire est possible en choisissant de jardiner pendant environ 1h.

Un sandwich jambon-emmental-beurre : Pour dépenser les calories d'un tel sandwich, il faut faire entre 45 et 60 minutes de jogging.


CONCLUSION :

En observant cette liste, on s'aperçoit que rattraper un écart alimentaire demande beaucoup, beaucoup d'efforts...
Évidemment il ne s'agit pas de vous encourager à vous surmener pour éliminer tous les excès, mais plutôt de vous faire prendre conscience qu'un petit plaisir de quelques secondes peut demander des heures pour être éliminé.
La meilleure chose à faire est donc de savoir rester sage et de se permettre un vrai plaisir sans complexes de temps en temps, plutôt que de succomber tous les jours à des petites tentations.

vendredi 13 décembre 2013

Manger végétarien pour perdre du poids : Une méthode efficace ?

  Il existe une rumeur que certains relais prennent un malin plaisir à alimenter : Adopter une alimentation végétarienne permettrait de perdre du poids.
Mais qu'en est-il réellement ?
Il est vrai qu'un rapide coup d’œil vers notre entourage semble nous confirmer que les végétariens paraissent moins frappés par le surpoids et l'obésité.
Mais ces personnes sont-elles plus minces seulement parce qu'elles ne mangent pas de viandes, ou il y a t-il d'autres explications plus rationnelles ?




Manger végétarien pour perdre du poids : Une méthode efficace ?




Rappelons que les végétariens ne mangent pas d'aliments à base de chair animale (viandes, poissons...). En revanche, ils consomment les produits de provenance animale (œufs, lait, fromage, yaourt, miel...)


La première raison pouvant expliquer pourquoi les végétariens sont plus minces est que, par définition, le fait de choisir de ne pas manger une catégorie d'aliments, c'est déjà faire attention à ce que l'on mange. Chose qui n'est pas le cas de certaines personnes souffrantes d'obésité qui peuvent être victimes de crises de boulimie sans être capable de contrôler les aliments qu'elles avalent.

De plus, même si on devient végétarien pour des raisons philosophiques, une part importante des végétariens privilégient une alimentation saine et naturelle.
D'ailleurs, des études ont montré qu'en moyenne, les végétariens avaient moins de cholestérol et souffraient moins de diabète que les personnes mangeant de la viande.

Faire le choix d'une alimentation saine et naturelle, c'est se tourner vers des produits plus nourrissants que les produits transformés industriellement.

Une explication supplémentaire pourrait être le fait de manger plus de légumes, qui sont riches en fibres et donc très rassasiants pour l'organisme.


CONCLUSION :

Manger végétarien pour perdre du poids peut être efficace, mais à condition de faire attention à son alimentation.
En effet, si les végétariens semblent plus minces, c'est essentiellement parce que ce sont des personnes qui ont fait le choix de contrôler leur alimentation.

D'autant plus qu'adopter cette alimentation pour maigrir pourrait ne pas être efficace pour un non-végétarien qui vivrait l'interdiction de manger viandes et poissons comme une privation qui le pousserait à un moment ou un autre à se rabattre sur d'autres aliments moins rassasiants et plus caloriques.

mercredi 11 décembre 2013

Quelles sont les causes de la prise de poids hivernale ?

  Pour la plupart d'entre nous, c'est tous les ans la même chose, dès que l'automne s'est bien installé et que les températures atteignent des plus bas critiques, notre alimentation change et on commence à prendre du poids. Et comme en plus l'année se termine par la période des fêtes toujours propice aux écarts alimentaires en tous genres, l'hiver peut vite devenir un mauvais moment pour chacun d'entre nous.

Mais peut-on réellement expliquer ce phénomène ? Si oui, quelles sont les causes de la prise de poids hivernale ?




   La prise de poids hivernale : D'abord une cause hormonale.


La prise de poids hivernale s'explique principalement pour une raison hormonale.
En effet, au moment de l'année où les températures baissent significativement et que le taux d'humidité augmente, l'organisme se préserve en sécrétant des hormones qui stimulent l'appétit envers des aliments très riches et consistants.

En faisant ça, le corps cherche à produire de la graisse qui lui permettra de se protéger du froid en jouant un rôle d'isolant. Le but étant de préserver à tout prix sa température corporelle à un niveau constant (environ 37°C).

En bref, notre propre corps poussé par son instinct de survie nous encourage à prendre du poids pendant l'hiver.




   La prise de poids hivernale : Causée par des mauvaises habitudes alimentaires ?


Il n'y a qu'à observer les traditions culinaires à travers les régions françaises pour s'en rendre compte.
L'été fait généralement la part belle aux plats légers, alors que les recettes hivernales sont constituées de sauces grasses, de fromages, de beurre, et d'aliments très roboratifs.

Tout cela nous vient en héritage d'une époque pas si lointaine, où l'hiver était une véritable épreuve pour nos ancêtres, et où il fallait se nourrir abondamment pour se protéger du froid et de la maladie.

C'est évidemment moins vrai aujourd'hui, où les progrès de la médecine nous permettent de ne pas mettre notre vie en jeu chaque hiver, et nos domiciles, relativement bien chauffés, font que nous avons besoin de moins de calories que nos ancêtres pour affronter l'hiver.
Cependant les plats caloriques, eux, perdurent... La prise de poids hivernale peut donc s'expliquer en partie par des mauvaises habitudes alimentaires qui nous viennent de notre histoire.



   La gestion de son poids


Du coup, si la prise de poids hivernale est presque inévitable, il faut se demander à partir de quand peut-on considérer qu'elle devient excessive ?

En général, on considère qu'une variation d'environ 5% de son poids est acceptable et permet de perdre rapidement les kilos pris au moment où les beaux jours arrivent.
C'est à dire que pour une personne pesant 60 kg, on estime qu'une prise de poids de 3 kg est raisonnable et tout à fait normal.

Il est important de se souvenir qu'il n'est pas nécessaire de se priver plus que de raison quand on a l'impression de trop manger. Car même en mangeant plus pendant l'hiver, on ne gagne pas automatiquement des kilos.
En effet, si l'organisme réclame plus de calories, c'est aussi parce qu'il en a besoin ne serait-ce que pour maintenir à niveau constant sa température corporelle, ce qui requiert beaucoup d'énergie, surtout quand les températures extérieures deviennent négatives. L'hiver permet donc de manger plus sans grossir, alors profitons-en...avec modération bien sûr !

lundi 9 décembre 2013

Quel est le poids idéal pour une femme ?

  Aujourd'hui, c'est une large majorité des femmes qui avoue surveiller l'évolution de leur poids comme le lait sur le feu.
En matière de poids idéal, chacune à un nombre plus ou moins précis en tête. Un poids à atteindre, ou à ne surtout pas dépasser.
De leur côté, les scientifiques ont mis au point des formules censées permettre de calculer le poids idéal pour une femme en quelques secondes. Elles portent le nom de l'indice de masse corporelle, ou encore de la Formule de Lorentz.
Mais nous allons voir que pour connaître le poids idéal d'une femme, il n'y a pas forcément de vérité absolue, et que chaque cas est spécifique.



Calculer le poids idéal d'une femme :



   L'Indice de Masse Corporelle (IMC)


L'Indice de Masse Corporelle est l'instrument de mesure le plus largement utilisé par les nutritionnistes et plus généralement, par les médecins pour calculer les normes de poids d'un patient.

Le principal atout de l'IMC est que justement, il ne permet pas de déterminer un poids idéal qui est trop variable en fonction de la morphologie de chaque personne, mais plutôt une norme dans laquelle la personne se trouve en fonction de sa taille et de son poids : maigreur, poids normal, surpoids, obésité...

Un autre avantage de l'IMC est qu'il se calcule très facilement. Il nécessite l'utilisation de seulement deux données : le poids et la taille.


  La formule de l'Indice de Masse Corporelle :

IMC = poids / (taille)²


Les normes de poids de l'IMC sont les suivantes :

 - IMC inférieur à 18,5 : État de maigreur
 - IMC situé entre 18,5 et 25 : Poids normal, bonne santé
 - IMC situé entre 25 et 30 : État de surpoids
 - IMC supérieur à 30 : État d'obésité


Exemple :

Calcul de l'IMC d'une femme pesant 55 kg, et mesurant 1m60 : IMC = 55 / (1,60)² = 21,5 kg/m²

Cette femme a donc un IMC de 21,5 kg/m². Par rapport aux normes de l'Indice de Masse Corporelle, on peut dire qu'elle est proche du poids idéal pour une femme.




   La Formule de Lorentz


La Formule de Lorentz est une autre méthode simple pour calculer le poids idéal d'une femme, et cette fois-ci de manière beaucoup plus précise.
Cette formule permet de calculer le poids idéal théorique d'un individu en utilisant un facteur supplémentaire par rapport à l'IMC qui est le sexe de l'individu, permettant de corriger la différence de morphologie entre les hommes et les femmes.


Calcul du poids idéal d'une femme avec la Formule de Lorentz :

Poids idéal théorique d'une femme = Taille(cm) - 100 - [ (Taille(cm)) - 150) / 2,5 ]



Exemple :

Reprenons la même femme que précédemment mesurant 1m60,

Poids idéal théorique = 160 - 100 - [ (160-150) / 2,5 ] = 56 kg

Selon la Formule de Lorentz, le poids idéal pour une femme mesurant 1m60 est de 56 kg.


La Formule de Lorentz permet donc de calculer très précisément son poids idéal théorique.
Son principal inconvénient est qu'elle ne prend en compte ni l'âge, ni la morphologie de la personne, alors que selon ces deux facteurs le poids idéal peut fortement varier en fonction de la masse osseuse.

C'est la raison pour laquelle l'IMC est préféré à la Formule de Lorentz par les professionnels, car il permet d'obtenir une norme de poids, plutôt que des chiffres qui dans la pratique s'avèrent imprécis.




CONCLUSION :

Le fait qu'il existe des instruments permettant d'avoir une idée de son poids idéal est un atout. Cependant, il ne faut pas perdre de vue que ces instruments n'utilisent que trop peu de données pour permettre d'obtenir un résultat fiable et personnalisé.
En effet, en fonction de sa morphologie, de ses origines, ou de son âge, le poids idéal entre deux personnes de même taille peut être très variable.


Pour finir, déterminer son poids idéal pour une femme, c'est aussi trouver le poids avec lequel on se sent bien. Car le fait de mal se sentir dans sa peau à cause de son poids peut devenir tout aussi nuisible pour la santé qu'un poids inadapté.

vendredi 6 décembre 2013

Les facteurs de réussite d'un régime amaigrissant



  90% des régimes entrepris se solderaient par des échecs. À la vue de cette statistique, mieux vaut essayer de mettre toutes les chances de son côté pour réussir un régime amaigrissant. C'est dans ce but que nous avons tenté d'identifier quels pouvaient être les principaux facteurs de réussite d'un régime amaigrissant.




Les facteurs de réussite d'un régime amaigrissant :





   Une réduction de l'apport calorique


Un facteur déterminant pour réussir un régime amaigrissant est de baisser de manière notable son apport calorique journalier.
En effet, c'est seulement en consommant moins de calories que les besoins réels de son métabolisme de base que l'organisme commencera à puiser dans ses réserves de gras pour palier à ce manque de calories. En fait, peu importe le régime dans lequel on se lance, que ce soit un régime hyperprotéiné, sans glucides, le régime du coach X ou Y... Le principal facteur de réussite sera la baisse de son apport calorique.



   Une activité physique régulière


Pratiquer régulièrement des exercices physiques semble augmenter considérablement les chances de réussir un régime amaigrissant.
D'une part, la pratique d'une activité physique régulière permet de brûler plus de calories, mais d'autre part, l'exercice physique semble jouer un rôle dans le maintien de la motivation sur le long terme.



   Une motivation durable


Il est pratiquement impensable de réussir un régime amaigrissant sans une motivation de fer.
En effet, la principale difficulté d'un régime est la modification de ses habitudes. Il impose de manger moins, des aliments différents, il nécessite de faire davantage d'exercices, etc... Tous ces bouleversements sont difficiles à surmonter sans une forte motivation pour ne pas craquer après seulement quelques jours de régime.


CONCLUSION :

La réduction de son apport calorique, la pratique d'une activité physique régulière, et une forte motivation sont les principaux facteurs de réussite d'un régime.

Cependant, il faut garder à l'esprit qu'une fois le poids perdu, la véritable réussite de ce régime sera de ne pas reprendre de poids dans les semaines qui suivent.
Pour cela, il faudra garder ses bonnes habitudes et se réhabituer petit à petit à une alimentation normale.

mercredi 4 décembre 2013

5 causes qui conduisent au grignotage en dehors des repas

  Le grignotage est un des principaux responsable de la progression de l'obésité en France. Pour éviter de prendre du poids, il est nécessaire de lutter contre celui-ci en identifiant quels sont les causes du grignotage.


5 causes qui conduisent au grignotage en dehors des repas :




   Le stress


Le stress a une part de responsabilité relativement importante dans le grignotage entre les repas.
En effet, nous avons tous pu observer un jour ou l'autre que dans une situation de stress, la nourriture devient un refuge très réconfortant pour palier à la nervosité.



   La fatigue


Des études scientifiques ont prouvé que le manque de repos était une cause du grignotage.
Quand l'organisme est fatigué, il nous pousse à manger plus gras et en plus grande quantité pour lutter contre la fatigue.

Dormir un minimum de 8 heures par nuit est donc une bonne solution pour lutter contre le grignotage en dehors des repas.



   Le besoin de nourriture réconfortante


Les problèmes du quotidien peuvent rapidement mener au grignotage en dehors des repas.
Un conflit familial, un problème au travail, une mauvaise nouvelle, une période de déprime légère... Tous ces moments influent sur notre moral et peuvent nous pousser vers de la nourriture réconfortante qui, en plus, est souvent associée à des aliments très caloriques.



   La gourmandise


La gourmandise, celle qui nous donne envie d'acheter une délicieuse pâtisserie en passant chez le boulanger, celle qui nous fait ajouter sucre, lait et petits gâteaux pour accompagner le café de l'après midi, ou celle qui nous pousse à nous resservir une seconde assiette d'un plat savoureux... On n'associera pas la gourmandise à un défaut dont il faudrait se débarrasser, mais pour éviter de prendre du poids, il faut apprendre à la gérer en compensant ses excès de gourmandise par un repas plus léger ou, pourquoi pas, une séance de sport.



   La mauvaise habitude alimentaire


Les mauvaises habitudes alimentaires sont une des causes du grignotage qui font le plus de dégâts.
Le plus souvent, la mauvaise habitude alimentaire s'immisce dans notre quotidien sans que l'on s'en rende compte.
Elle peut prendre la forme du petit gâteau que l'on prend avec le café, de la collation richement calorique que l'on grignote juste avant d'aller dormir, du verre d'alcool que l'on consomme juste avant de passer à table, etc...
La première fois, cette habitude peut être justifiée par une fringale ou une occasion spéciale, mais elle devient une mauvaise habitude lorsqu'elle commence à se répéter sans véritable raison.

lundi 2 décembre 2013

L'étude qui prouve que prendre un petit déjeuner permet de vivre en meilleure santé

  Nous savions déjà que prendre un petit déjeuner tous les matins conduisait à une diminution du risque d'une prise de poids, mais une étude scientifique publiée au cours du mois de Juillet 2013 vient ajouter un nouvel enjeu à l'importance du petit déjeuner, celui de préserver sa santé.


En effet, depuis longtemps les nutritionnistes interpellent sur l'importance du petit déjeuner, que ce soit dans le but de stabiliser son poids ou de maigrir, car des études précédentes avaient pu prouver que prendre un repas complet au réveil après une nuit entière sans se nourrir permettait de manger moins en quantité et de moins ressentir la faim tout au long de la journée.


Cette nouvelle étude portant sur 27 000 hommes âgés de 45 à 82 ans qui s'est étalée sur une période de seize ans de 1992 jusqu'à l'année 2008, nous apporte de nouvelles données sur l'importance du petit déjeuner.


Une des observations qui a marqué les scientifiques tout au long de cette période est que les hommes qui avaient l'habitude de prendre un petit déjeuner tous les matins présentaient moins de risque de contracter une maladie cardiaque.

En effet, au cours de cette étude où les patients ont été suivis médicalement de façon régulière, 1527 d'entre eux ont été victime d'un infarctus.

C'est en étudiant le comportement alimentaire de chacun de ces hommes que les scientifiques ont pu déterminer que les hommes ne prenant pas de petit déjeuner avaient 27% de risque supplémentaire d'être victime d'un AVC par rapport aux personnes ayant l'habitude de prendre un repas au réveil.




L'étude a également confirmé que les hommes ne prenant pas de petit déjeuner avaient tendance à prendre plus de poids.
Cette surcharge pondérale entraînant sur la santé les conséquences habituelles qui se traduisent par un risque plus important d'être victime d'une maladie cardiovasculaire, de développer un diabète, et un cholestérol pouvant devenir dangereusement élevé.


Cette étude nous apprend donc que pour stabiliser son poids et rester en bonne santé, l'importance du petit déjeuner est crucial.
L'idéal étant de prendre un repas complet constitué d'une source de protéines (viandes, poissons, œufs, produits laitiers), de féculents riches en glucides (pain, céréales), de fruits pour les vitamines et minéraux, ainsi qu'une source de matières grasses (beurre, huile, amandes, noix, noisettes...). Un petit-déjeuner pour vivre plus longtemps, ça vaut le coup non ?